Comment bien débuter dans le BDSM

Cette page est en cours de rédaction. Merci de revenir dans quelques jours.

 

 

 


• 1 • Ce n’est pas parce que tu es « soumis » qu’un dominateur a tous les droits sur toi !

Un dominateur n’a, sur toi, que les droits que tu lui concèdes, et aucun autre.

La première chose qu’un soumis doit apprendre, c’est savoir dire « NON » et « STOP » à son dominateur… et aussi : définir et fixer le périmètre de ses envies, de ses fantasmes, de ses tabous et interdits, et l’exposer (ou l’imposer) au dominateur : ce sont les limites dans lesquelles tu acceptes de naviguer. Un dominateur qui outrepasse ces limites pré-définies n’est rien d’autre qu’un violeur puisqu’il brise ton consentement et abuse de toi.
Un dominateur « sain d’esprit » acceptera toujours de s’arrêter si tu dis NON ou STOP, et il respectera les limites que tu auras prédéfinies. Il ne te forcera pas à accepter ce que tu ne souhaites pas.
Nos jeux hards et SM sont des jeux sexuels entre adultes consentants, et le respect réciproque est essentiel. L’univers du hard et du SM « propre » ne laisse aucune place aux psychopathes et autres pervers pathologiques qui se prétendent « maitres » et qui ne sont que de vulgaires malades psychiatriques à dénoncer largement comme étant des dangers publics.


• 2 • Il faut te renseigner sur un dominateur avant de te livrer à lui…

Déjà, par toi même, tu peux analyser sa liste d’amis visible à partir de son ou ses profils. C’est souvent très très instructif.

Ensuite, n’hésite pas à demander à des mecs de sa ville si il est connu !!!
Il est par exemple bien plus que très louche qu’un « dominateur » habitant la ville de «XXX»  (qui est un véritable vivier BDSM et fétish) passe son temps au volant de sa bagnole, sur la route, et même de l’autre côté de la frontière, pour lever ses plans…! A moins que sa très mauvaise réputation locale désormais bien connue de « faux safe-sex » plombeur à répétition, sans morale, et parfaitement asincère et non fiable / non réglo, ne fasse que plus personne ne veuille triper avec lui dans sa région!!!

Ou encore plus grave comme ce mec qui a déjà tué en cours de plan en 2005, à Nice, quand il avait pour pseudo « MasterRéel« , et qui, après quelques années passées derrières les barreaux pour homicide (et avoir planqué le corps de la victime), recommence ses délires dangereux de plus belle, sous les pseudos d’un oiseau qui renait de ses cendres… (article de l’époque)

Aussi : un « master » plombé qui se prétend « 100% safe-sex » mais dont le soumis N°1 (ou : le bouche-trou…) est ouvertement bareback, du genre qui affiche « safe-sex = à discuter » ou « safe-sex = jamais« ,  ou encore avec un profil ultra-actif sur le site barebackzone… : il y a là un putain de gros problème de sincérité et ce : de manière plus que très évidente !!!

Et puis enfin : sache qu’il y a entre 30 à 40 soumis pour 1 vrai domi (je ne parle pas des bricolos improvisés et autoproclamés qui œuvrent dans la cuisine ou le garage avec de la ficelle à poulet et des pinces à linge en plastique…). A partir de là : les vrais domis connus pour être fiables sont assaillis et croulent littéralement sous les demandes…
Perso : je suis sollicité près d’une dizaine de fois chaque jour !
Donc si c’est un domi qui vient te draguer, limite du harcèlement même, sitôt ton profil créé, et qui insiste comme un malade : c’est beaucoup plus que très très louche…!!! Bref : c’est potentiellement un « domi » à fuir, car ça cache forcément quelque chose.

Avant de penser avec ta queue, apprends déjà à penser avec ton cerveau !
L’homme a été doté d’un cerveau et d’une queue, mais pas d’assez de sang pour faire fonctionner les deux en même temps… qu’on se le dise !