Safe-sex

Je suis réellement Safe-Sex depuis toujours, et surtout : responsable !

Il ne suffit pas de s’annoncer « 100% Safe-Sex » pour l’être…
Il ne suffit pas d’être réellement Safe-Sex, il faut savoir rester responsable et raisonnable.

De plus en plus rares sont les mecs désormais, dans ce petit milieu du BDSM, qui sont réellement et comme moi Safe-Sex, et aussi HIV négatif et STD Free (c’est à dire : non porteurs d’affections sexuellement transmissibles, comme le HIV, les hépatites B & C, la syphilis, la LGV ou le HPV, et quelques autres charmantes crasses…). C’est une chance. Mais la chance peut vite s’envoler.

Personnellement, et plusieurs fois par an, je demande un bilan médical complet pour l’ensemble des M & IST. Et je ne me contente pas d’annoncer que je pratique le 100% Safe-Sex : je le suis réellement.

Le dépistage est une réelle nécessité !

De même, je suis vacciné contre l’hépatite B depuis plus de 20 ans, et je vous invite à faire de même. De manière évidente, j’ai été en contact dans le passé avec l’hépatite B, mes marqueurs biologiques en attestent. Mais grâce à la vaccination, je ne l’ai pas développée. Et je ne risque donc pas de la transmettre !

Pour moi, la capote est un réflexe de survie, et du reste : j’ai quasiment appris à baiser avec… le port de la capote, ça ne se négocie pas, et RIEN ne saurait la remplacer.
C’est comme la désinfection du matos et son nettoyage attentif, l’utilisation de matos stérile et jetable à chaque fois que nécessaire, et la stricte application du Sane & Safe Sex !

 

► Sache que si un jour un dominateur te dit « je suis indétectable » ou « sous traitement » (et ce, que ce soit vrai, ou faux) cela sous-entend de manière évidente que, séropositif, il a très envie de te baiser « no kpote » même s’il affiche exactement le contraire sur ses profils internet ! Et « indétectable », ou « sous traitement », ça ne signifie en aucun cas « non contaminant » de manière avérée et certaine, et puis : ce n’est jamais qu’une affirmation de sa part… Quid de la réalité ?

► La mention « Safe sex = Toujours » est désormais plus suspicieuse sur un profil web que la mention « à discuter » et c’est bien triste ! Car une fois que tu seras bien ligoté, bondé, suspendu, et bâillonné, ton dominateur fera bien ce qu’il veut avec ton cul… avec, ou sans capote ! Et parfois sans même te demander ton avis, et en allant à l’encontre de tes choix et de tes limites.

► Et avec l’arrivée des PrEP (traitement pré-exposition / Truvada), n’écoute surtout pas les mecs qui te disent qu’avec eux, et grâce à leur PrEP, tu peux te passer de capote : c’est archi-faux ! Mais j’en ai déjà croisé un bon nombre pétris dans ce mensonge de barebackers invétérés… car pour les miracles : tu pourras toujours attendre !
Ou mieux : fuir.

 


Dépistage

Le dépistage est une étape non pas importante mais primordiale.
Demandez régulièrement (au moins une fois par an) à votre médecin un dépistage complet des maladies et infections sexuellement transmissibles. N’hésitez pas à lui préciser que vous avez des partenaires multiples, ou la nature réelle de vos pratiques : votre médecin n’est pas là pour vous juger, ni vous faire la morale. Sinon, changez-en !

Il existe aussi des autotests disponibles en pharmacie et auprès de certaines associations. Ne réalisez jamais un tel autotest seul (un résultat positif peut être choquant…) et assurez-vous d’être près de quelqu’un qui saura vous épauler le cas échéant.

Moi, je participe actuellement à l’étude www.teste-toi.fr qui est une enquête sur 6 mois avec jusqu’à 4 autotests HIV fournis gratuitement.

Là en photos, c’est mon autotest (négatif) du 03 / 02 / 2017.

 


Quelques liens pratiques :

Prévention :

Les CDAG : dépistage anonyme et gratuit du VIH et des IST

Drogues, slam et addictions :

Le Refuge, une association venant en aide aux jeunes homosexuels…