Safe-sex

Je suis réellement Safe-Sex depuis toujours, et surtout : responsable !

Il ne suffit pas de s’annoncer « 100% Safe-Sex » pour l’être véritablement…
Il ne suffit pas d’être réellement Safe-Sex, il faut savoir rester responsable et raisonnable !

Quand j’affiche sur la page d’accueil de mon site « 1000% Safe-Sex » vous aurez compris que c’est pour me moquer très ouvertement de certains plombeurs-barebackers qui se prétendent « 100% Safe-Sex » mais qui continuent de faire de nouvelles victimes… et peut être aussi pour vous faire prendre conscience de la malhonnêteté de certains individus dans ce domaine !
Et ne vous faites pas d’illusion : on crève toujours du SIDA, directement ou indirectement (20 ans de trithérapie ont eu raison de mon mec, âgé de 40 ans: d’après son oncologue, le lien avec son cancer généralisé et fulgurant est certain, et malgré ça : on veut vous faire gober des 3T en préventif, vous savez : la PrEP…!!!) et si ce n’est pas du Sida, ce sera peut être de l’hépatite B ou C ou de quelques autres charmantes saloperies ! Sachez qu’une syphilis au stade 2, c’est 10 ans d’espérance de vie effacés… votre toubib ne vous l’avait pas dit ?

De plus en plus rares sont les mecs désormais, dans ce petit milieu du BDSM, qui sont réellement et comme moi Safe-Sex, et aussi HIV négatif et STD Free (c’est à dire : non porteurs d’affections sexuellement transmissibles, comme le HIV, les hépatites B & C, la syphilis, la LGV ou le HPV, et quelques autres charmantes crasses…). C’est une chance. Mais la chance peut vite s’envoler.

Personnellement, et plusieurs fois par an, je demande un bilan médical complet pour l’ensemble des M & IST. Et je ne me contente pas d’annoncer que je pratique le 100% Safe-Sex : je le suis réellement, et j’en assume pleinement les contraintes.

Et puis : être Safe-Sex, ce n’est pas enfiler une capote seulement quand il y a des témoins… ça ne suffit pas pour se prétendre « 100% Safe-Sex »!

Le dépistage est une réelle nécessité !

De même, je suis vacciné contre l’hépatite B depuis plus de 20 ans, et je vous invite à faire de même. De manière évidente, j’ai été en contact dans le passé avec l’hépatite B, mes marqueurs biologiques en attestent. Mais grâce à la vaccination, je ne l’ai pas développée. Et je ne risque donc pas de la transmettre.

Pour moi, la capote est un réflexe de survie, et du reste : j’ai quasiment appris à baiser avec… le port de la capote, ça ne se négocie pas, et RIEN ne saurait la remplacer.
C’est comme la désinfection du matos et son nettoyage attentif, l’utilisation de matos stérile et jetable à chaque fois que nécessaire, et la stricte application du Sane & Safe Sex ! Et aussi du réel respect des limites pré-établies par le bâtard, par le soumis, par l’esclave…

 

•  •  •

 

►►► Sache que si un jour un dominateur te dit « je suis indétectable » ou « sous traitement » (et ce, que ce soit vrai, ou faux) cela sous-entend de manière évidente que, séropositif, il a très envie de te baiser « no kpote » même s’il affiche exactement le contraire sur ses profils internet ! Et « indétectable », ou « sous traitement », ça ne signifie en aucun cas « non contaminant » de manière avérée et certaine, et puis : ce n’est jamais qu’une affirmation de sa part… Quid de la réalité ? A-t-il réellement gobé ses médocs en temps et en heure, n’a-t-il pas sauté de prises… suit-il réellement son traitement ? N’est-il pas en déni de sa « maladie » depuis des années ?

►►► La mention « Safe sex = Toujours » est désormais plus suspicieuse sur un profil web que la mention « à discuter » ou « jamais » et c’est bien triste ! Car une fois que tu seras bien ligoté, bondé, suspendu, et bâillonné, ton dominateur fera bien ce qu’il veut avec ton cul… avec, ou sans capote ! Et parfois sans même te demander ton avis, et en allant à l’encontre de tes choix et de tes limites. Dans ce cas, il faut appeler les choses par leur nom : c’est du viol.

►►► Un Master qui n’affichait RIEN sur son profil en matière de Safe-Sex (après des années, il vient juste de modifier en « Safe = Toujours » ! Comme par hasard… je crois bien qu’il se sent repéré…) et qui a pour soumis très régulier un mec qui affiche « Safe-Sex : à négocier » (c’est un cas réel et fort connu de la scène BD-SM) :
pas besoin de sortir de Polytechnique LSN pour comprendre qu’un tel master est plus que très probablement un barebacker de la pire espèce… ce qu’on appelle dans notre jargon « un plombeur »! Et qu’il ment intentionnellement sur ses pratiques, sur ses intentions réelles : chassez le naturel, et il reviendra toujours au galop…
Et quand on dit « barebacker » celà implique, à beaucoup plus que 99% de probabilités, que ce master est plombé… et qu’il peut donc vous faire un « sale cadeau » dans sa « toute puissance dominatrice »… s’il ne l’a pas déjà fait. Mais bon : sachez qu’il l’a déjà fait à d’autres, sciemment ! Et qu’il est bien plombé de manière certaine.

►►► Un « Master » qui multiplie les « accidents » (il suffit d’en parler un peu avec les mecs qui sont passés « en privé et sans témoin » entre ses mains pour savoir…) : les « accidents » ne sont plus vraiment accidentels, ils sont une pratique normale et régulière pour ce mec ! Oublier la capote ou les limites pré-établies, une fois, sous le coup de l’excitation : ce peut éventuellement être un accident… mais 10 ou 20 fois, ou plus, ce n’est plus un accident !!! C’est un barebacker et/ou un sale connard, surtout quand il est plombé… et qu’il a l’intention inavouée de te plomber ou de te pousser au delà de tes limites… C’est pas très « propre en ordre » comme on dit en Suisse voisine, ni même réglo. C’est au delà du viol.

►►► Et enfin, avec l’arrivée des PrEP (traitement pré-exposition / Truvada), n’écoute surtout pas les mecs qui te disent qu’avec eux, et grâce à leur PrEP, tu peux te passer de capote : c’est archi-faux ! Mais j’en ai déjà croisé un bon nombre pétris dans ce mensonge de barebackers invétérés… car pour les miracles : tu pourras toujours attendre !
Ou mieux : fuir.
Et NON, définitivement, la PrEP ne permet pas de se passer de la prévention, ne permet pas de se passer de la capote, elle n’est qu’un outil complémentaire au sein d’une stratégie globale destinée aux relapsers, stratégie qui n’est à priori pas divisible si on la veut efficiente et réellement efficace.

 

Tu as du mal à me croire ? Tu penses que je suis ici déconnant ? Alors clique sur cette ligne, et découvre ce stupéfiant exemple bien réel…

 


Dépistage

Le dépistage est une étape non pas importante mais primordiale.
Demandez régulièrement (au moins une fois par an) à votre médecin un dépistage complet des maladies et infections sexuellement transmissibles. N’hésitez pas à lui préciser que vous avez des partenaires multiples, ou la nature réelle de vos pratiques : votre médecin n’est pas là pour vous juger, ni vous faire la morale. Sinon, changez-en !

Il existe aussi des autotests disponibles en pharmacie et auprès de certaines associations. Ne réalisez jamais un tel autotest seul (un résultat positif peut être choquant…) et assurez-vous d’être près de quelqu’un qui saura vous épauler le cas échéant.

Moi, je participe actuellement à l’étude www.teste-toi.fr qui est une enquête sur 6 mois avec jusqu’à 4 autotests HIV fournis gratuitement.

Là en photos, c’est mon autotest (négatif) du 03 / 02 / 2017.

 

Et un autre, le 05 mai 2017, toujours négatif. Se tester ou se faire tester régulièrement est une nécessité :

Ou encore celui (négatif) du 05 aout 2017 :


Quelques liens pratiques :

Guide simplifié du Safe-Sex dans l’univers Hard et BDSM :


à télécharger au format PDF

Prévention :

Les CDAG : dépistage anonyme et gratuit du VIH et des IST

Drogues, slam et addictions :

Le Refuge, une association venant en aide aux jeunes homosexuels…